Histoire & patrimoine

Cognac-la-Forêt

Cognac a traversé l'Ancien Régime* sous le pouvoir de familles seigneuriales apparentées à la plus haute noblesse limousine et son rattachement, au XIIIème siècle, à la vicomté de Rochechouart  et au Poitou n'a rien changé à son imperturbable fidélité limousine. Sa campagne travaillait le sol difficile de ses croupes granitiques pour le compte de hobereaux* locaux et de monastères limougeauds et sa bourgeoisie marchande s'activait vers tous les horizons. Pour l'arrivée des temps modernes, cette polyvalence dotait la commune d'une forte personnalité pleine de vigueur et de talents multiples.

Gorre

Si l’on regarde son passé, Gorre a hérité d’une personnalité volontaire. Astucieuse aussi. Elle lui doit sa naissance en 1705 quand, membre de la paroisse de Saint-Laurent, elle s’émancipa en se donnant, corps et biens, à la collégiale de Saint-Junien, fief du puissant évêque de Limoges (qui en fit, sur le champ, une paroisse à part entière). Elle montra, à nouveau, son esprit de résistance  quand elle fut héritée, au XVIème siècle, par la famille Beaupoil de Sainte-Aulaire, cousine de la longue lignée seigneuriale des Saint-Laurent et du Barry, huguenote* comme elle. La population, fervente catholique, empêcha pendant des mois les nouveaux propriétaires d’entrer dans le château mais sut très bien, ensuite, tirer bénéfice de leur présence.

Saint-Auvent

C’est de l’observatoire sur lequel il s’est hissé que le bourg de Saint-Auvent peut voir se dérouler son histoire. Ce piton rocheux, sculpté par l’érosion au confluent de la Gorre et du Gorret, était une plateforme militaire idéale et ses occupants successifs en tirèrent longuement profit. Ce fut, tour à tour, un oppidum* celte pointé par les Lémovices* en direction des Pictons*, une station de guet (et d’entretien) établie par les soldats romains au-dessus de la « Via Agrippa* » Lyon-Saintes et, après l’An Mil, une maison-forte* auxiliaire de la Vicomté de Rochechouart naissante. Cette situation privilégiée au sein de la Vicomté a marqué profondément l’histoire auventaise, jusqu’à l’aube du XXème siècle.

Saint-Cyr

Peut-être parce qu’elle était cernée par trois fougueuses voisines, Saint-Cyr se tint longtemps dans une réserve circonspecte. Ce ne fut, d’ailleurs, qu’au milieu du XIIème siècle qu’elle se déclara paroisse. Et, contrairement aussi aux tactiques rassembleuses habituelles, elle garda indépendantes l’une de l’autre ses quatre seigneuries : la Motte de Saint-Cyr, Essenac, Puy d’Eau et Lascaux, jusqu’au XVIIIème siècle qui les réunit finalement dans une même baronnie. Longuement circonspecte donc, mais réactive : elle fut une des premières paroisses de la région à relever son église saccagée par la Guerre de Cent Ans et, dès 1789, fêta la fin de l’Ancien Régime* par la plantation d’un marronnier de la Liberté sur la place de l’église.

Saint-Laurent-sur-gorre

Le destin de Saint-Laurent a été écrit d’avance par ses paysages : une mosaïque de collines entaillées de vallées qui ont tissé un réseau serré de chemins de crêtes et de combes*. Ces chemins, qui s’entrelacent depuis la nuit des temps, ont fait de Saint-Laurent un terroir de passages, de rencontres et d’affrontements. Pour le meilleur et le pire, évidemment. Ces brassages d’hommes et d’idées lui ont valu bien des malheurs (passage des Barbares et conflits politiques multiples) mais aussi de profitables étapes de vie, aux temps des pèlerins de Compostelle comme à ceux des « seigneurs-bourgeois » du XVIème siècle ou des ardents républicains locaux du XIXème.

Sainte-Marie-de-Vaux

En figure de proue de la communauté, Sainte-Marie-de-Vaux occupe l’extrémité du promontoire qui surplombe une des plus belles boucles de la Vienne. Grâce, justement, à cette position de vigie, elle a accueilli – il y a quelques dizaines de milliers d’années – le plus précoce peuplement préhistorique de la région. Ce petit territoire s’est bâti ensuite une longue histoire avec, seulement, quatre villages égrainés à travers le plateau, chacun étant à tour de rôle son centre de gravité. Et une des tâches les plus ardues a, sans doute, été la conquête de son unité, acquise après six siècles écartelés entre le Haut-Limousin et la Marche-de-Poitou.

Inscrivez-vous à notre newsletter

Contactez-nous !

L'Office de Tourisme

Pour plus de renseignements, Valérie vous accueille et vous conseille à l’Office de Tourisme de la Vallée de la Gorre

Place des Alumettes - 87310 - Saint-Laurent-sur-Gorre
Tél. : 05 55 00 06 55

Jours et horaires d’ouverture au public :

  • Jusqu’au 30 juin et à partir du 16 août :
    Mardi, jeudi et vendredi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h30
    Mercredi et samedi de 10h00 à 12h00
  • Du 1er juillet au 15 août :
    Du mardi au vendredi de 9h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00 
    Samedi de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00